L’intervention de Céline Degreef à #rmsconf comme si vous y étiez

calendrier.png 16/10/2017

L’événement de l’expérience talents, candidat et collaborateur qui s’est tenu le 10 octobre dernier a accueilli Céline Degreef, Fondatrice de MyCrowdCompany et Sabrina Murphy, à la tête du People’s Lab, premier accélérateur d’intrapreneurs de la BNP PARIBAS autour de la thématique « Comment les grands groupes innovent en mode startup ».

Le mode « startup », déjà, c’est quoi ?

« Startup » est un buzzword victime de son succès et qui se veut donc plus ou moins galvaudé. Alors, le mode startup, pour commencer, qu’est-ce que cela sous-entend ?

Ce n’est pas mettre des fatboys dans les salles de réunion ni peindre les murs en jaune et bleu pour booster la créativité de ses équipes.
Ce n’est pas non plus envoyer 4 de ses collaborateurs dans un espace de coworking pour qu’ils soient subitement imprégnés de nouvelles méthodes de travail.
Et enfin, ce n’est pas travailler avec des startups et espérer que leurs modes de fonctionnement se répercuteront comme par magie sur son organisation.

Le mode startup est une réalité. C’est faire des choses, des produits ou des services incroyables avec presque rien : pas de ressources, pas de moyens et très peu de temps.

Comment cela se traduit ?

Un parcours du combattant où :

  • L’échec fait partie de l’expérience : pour être agile, le cycle de décisions est très rapide. La prise de risque est constante, et fatalement, le risque d’échec élevé. Il faut l’accepter, et recommencer, faire et défaire en permanence.
  • Le collectif est primordial : un projet c’est aussi et surtout une équipe. La liberté d’entreprendre et la confiance que l’on leur accorde est vitale pour faire bouger les lignes et se dépasser.

Et c’est à la fois ce mode startup, qui est la réalité de MyCrowdCompany, et ces deux convictions qui ont ancré son cœur de métier et lui permettent d’accompagner les grands comptes dans leur stratégie d’innovation, en animant des programmes d’intrapreneuriat ou des challenges d’innovation. L’objectif : favoriser à fois le mode test & learn et mettre les collaborateurs au centre des décisions.

Et justement, dans les grands groupes, où en est-on ?

L’envie de passer au mode startup se concrétise de deux manières :

  • Une impulsion très forte du top management qui décide au plus haut niveau de se transformer et de déployer de nouvelles méthodes de travail, plus agiles et plus collaboratives. C’est le cas pour LVMH, que nous accompagnons sur le projet Dare (Envie d’en savoir plus sur le programme d’intrapreneuriat LVMH DARE?)
  • Des OVNIS, comme Sabrina Murphy, qui sont des super connecteurs, des facilitateurs capables de créer l’émulation en interne et d’avancer par petits pas jusqu’à monter en puissance, et en faire un dispositif global et pérenne.

La vision d’un grand groupe sur le sujet ?

Sabrina Murphy a eu l’occasion de présenter People’s LAB, premier programme d’intrapreneuriat transversal du groupe BNP Paribas, qui se donne une ambition : rendre les collaborateurs acteurs de leur vie professionnelle et moteurs du changement dans l’entreprise.

Et cette initiative est née de sa volonté de donner davantage de place à l’engagement des collaborateurs et à l’intelligence collective, tout comme les mettre au cœur de la transformation de l’entreprise car ils en connaissent parfaitement le fonctionnement et fourmillent d’idées pour améliorer l’existant.

Aujourd’hui la démarche permet de faire converger deux besoins majeurs de l’entreprise : réengager et innover. Dans un cadre adapté pour stimuler l’audace et la prise de risque, le People’s Lab a fait de l’innovation son cheval de bataille pour répondre aux besoins de l’entreprise. Son principal vecteur repose pour cela sur l’humain, dans une logique complètement transversale pour connecter les talents et faire aboutir le projet. Les intrapreneurs doivent transformer leur idée en un business model viable, identifier les bons investisseurs en interne, puis les convaincre de débloquer les autorisations, les budgets et le temps nécessaires à la concrétisation du projet.

L’intrapreneuriat s’annonce donc avant tout comme une transformation organisationnelle et culturelle, à tous les niveaux de l’entreprise. Et la magie de l’intrapreneuriat consiste justement à transformer une énergie individuelle en un mouvement collectif capable d’enclencher une évolution pérenne et concrète, vers un nouveau type de leadership.  People’s Lab de BNP Paribas en est la parfaite illustration !

Envie d’en lire plus sur l’intrapreneuriat ? Lire notre article sur l’intrapreneuriat.

Découvrez aussi l’article de Sabrina Murphy : Et si on réinventait le travail ?

Et si on s’y mettait dès maintenant ? Pour découvrir notre solution digitale qui vous permet d’initier votre programme d’intrapreneuriat, c’est ici

Partager cet article

icon-twitter    icon-facebook    icon-linkedin   

1